Articles

Affichage des articles associés au libellé status quo

La politica del trueque

Image
Nada es gratuito, todo se compra y se vende, no necesariamente en metálicos sonantes, pero a menudo en servicios devueltos, en seguros a todo riesgo. Chantaje u operación de seducción, lo que cuenta, en resumidas cuentas, es el resultado. La nueva palabra de orden es el pragmatismo en estos tiempos de crisis.  La política de donante-donante siempre fue el pilar esencial de la diplomacia marroquí. En la época de la guerra fría, Marruecos permitió la instalación sobre su suelo de bases militares contra el apoyo de Estados Unidos en su esfuerzo de guerra contra el Frente Polisario, haciendo de Marruecos el único país africano, además de África del Sur del Apartheid, a ser integrado en la estrategia militar frontal del Oeste contra el Este. Ante la falta de argumentos para justificar y ganar la batalla diplomática del Sáhara, el apoyo de su ocupación de la antigua colonia espaňola era una condición sine qua non para quien quiera negociar con Rabat. Hasta la Unión Europea ha estado sometida …

La politique du troc

Image
Rien n'est gratuit, tout s'achète et se vend, pas nécessairement en espèces sonnantes et trébuchantes, mais souvent en services rendus, en assurances tous risques. Chantage ou opération de séduction, ce qui compte, en fin de compte, c'est le résultat. Le nouveau mot d'ordre est pragmatisme dans ces temps de crise. La politique du donnant-donnant a toujours été le pilier essentiel de la diplomatie marocaine. A l'époque de la guerre froide, le Maroc permettait des bases militaires contre le soutien des EEUU dans son effort de guerre contre le Front Polisario, faisant du Maroc le seul pays africain, mise à part, l'Afrique du Sud de l'Apartheid, à être intégré dans la stratégie militaire frontale de l'Ouest contre l'Est. Le soutien de l'occupation du Sahara Occideental était une conditionsine qua nonpour qui veut négocier avec Rabat. Même l'Union Européenne a été soumise à cette condition. Si l’UE offrait un « package économique » et la participat…

La lettre de course

Image
Le nouveau "Statut Avancé" que l'Union Européenne essaie d'accorder au Maroc ressemble beaucoup à ces contrats ou licences que les anciens rois donnaient aux pirates pour qu'ils agissent en leur nom, sous leur protection et ne fussent pas traités comme ce qu'ils étaient en cas d'une capture.

Selon Wikipedia : << La lettre de course (du latin cursus," une course") était un document livré par les monarques des nations ou les maires des villes (dans son cas, les corporations municipales) en vertu duquel son propriétaire avait la permission de l'autorité d'attaquer des bateaux et des populations des nations ennemies. De cette façon, le propriétaire devenait une partie de la marine du pays ou la ville débitante.
Les lettres de course ont été très utilisés dans le Moyen Âge et dans l'Âge Moderne quand les nations ne pouvaient pas couvrir les frais des marines propres ou bien celles-ci n'étaient pas suffisamment grandes. De cette man…

Le status quo selon le journal marocain Hespress

Image
Le journal digital marocain Hespress, dans un article publié le 21 août 2009, sous le titre de "Les précautions de l'autonomie", définit les différentes options découlant de la situation actuelle au Sahara Occidental. Parmi ces options, les status quo à travers la prolongation indéfinie de la mission de la MINURSO. Selon l'articuliste, depuis 17 ans, la mission de la MINURSO se prolonge, et rien n'empêche cela de perdurer encore 50 ans. Il ajoute que cette option a des côtés avantageux pour le Maroc :- Pour éviter tout risque pour le Maroc, le status quo est la meilleure solution et la moins chère et évitera de s'aventurer dans des terrains inconnus.- Empêcher la création d'un Etat fantôche soutenu de l'extérieur.- Le temps diminuera la détermination des sahraouis- Bouteflika est malade et sera fatigué- - La prolifération du terrorisme amoindrira l'influence internationale de l'Algérie. - Permettra de renforcer le rôle des juifs marocains pour…

Unilatéralisme : Casus belli

By Sahara Watch The problem with any Moroccan unilateralism is that there's no incentive for Rabat to implement autonomy unless France and the US are willing to make the dramatic move of recognizing Moroccan sovereignty. That is, from the Moroccan point of view, autonomy is a compromise, a step backwards, and not an inevitability. Indeed, the Moroccan regime sees autonomy as a liability given the growth of Berberism in the Rif and Draa regions. And it is no secret that some parties support autonomy in Western Sahara because they hope it will become a crack in the Makhzen system through which real political reform can be driven.

So for Morocco to 'magnanimously' implement autonomy, there has to be some major reward for such 'compromise'. Would the Bush administration make such a move and recognize Moroccan sovereignty vis-à-vis an autonomous Western Sahara (I'm sure Sarko would)? Would anyone in the US care if the White House did?

The major argument against support…

Le Maroc cherche à prolonger le status quo

Image
Le diplomate américain Christopher Ross a été désigné, l'année passée, pour démêler ce casse-tête que'est devenu le Sahara Occidental. Ross a été en principe sélectionné pour cette mission au mois de septembre, mais Ban Ki-moon a pris quelques mois à l'annoncer officiellement, étant donné que le Maroc était contre sa nomination parce que, comme les autorités marocaines l'ont déclaré, à partir de maintenant, toute négociation devra se concentrer dans comment appliquer le plan d'autonomie de Mohamed VI, et si ce n'est pas pour l'appliquer, le plan marocain d'autonomie doit être "l'unique plate-forme" pour les discussions futures, en ignorant les propositions du Front POLISARIO. Ross a hérité d'un dossier peu enviable. Le Maroc s'obstine à refuser tout référendum qui offre l'indépendance pour le territoire, et le Polisario ne se contentera de rien qui ne soit choisi par le peuple sahraoui. Jusqu'ici, les propositions de l'…

Marruecos busca el statu quo

Image
El diplomático estadounidense Christopher Ross fue elegido el pasado verano para desenredar este lío en el que se convirtió el Sahara Occidental. Ross fue en un principio seleccionado para esta misión en septiembre, pero tomó varios meses en hacerlo oficialmente, después de que Marruecos obstruyera su nombramiento porque, como la prensa marroquí dice, a partir de ahora, cualquier negociación debera centrarse en cómo aplicar el plan de autonomía de Mohamed VI, y si no es para aplicarlo, el plan marroquí de autonomía debe ser la "única plataforma" para las futuras discusiones, dejando de lado las propuestas del POLISARIO. Ross hereda un expediente poco envidiable. Marruecos sigue negándose como nunca a aceptar un referéndum que ofrezca la independencia para el territorio, y el Polisario no se contenta de nada que no sea refrendando por el pueblo saharaui. Hasta la fecha, las propuestas de la ONU han sido insatisfactorias para, al menos, una de las dos partes. El referendum pro…

Talk peace, make war

Image
It is inconceivable that the Polisario would agree to any arrangement that didn't give the Western Saharans control of their natural resource assets, most notably the phosphates and fish. These alone would give the small population of the area a good per capita income, probably well above Morocco's. And if oil is discovered does anyone really think that Morocco would allow the Western Sahara to control the petrodollars? Inconceivable.The Moroccan military is heavily entrenched in the local economy of Western Sahara. From migrant smuggling to the billion dollar fishing industry, its little fingers are in every part of the Saharan pie. While the Moroccan foreign ministry is going around talking about autonomy, the Interior Ministry and the security agencies are tightening their grip on the Territory. Recent reports of the Secretary General note that Morocco is improving its defenses. Morocco has signed a fisheries agreement with the European Union, which includes Western Saharan…