Affichage des articles dont le libellé est Obama. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Obama. Afficher tous les articles

Obama et le Sahara Occidental

Par Ayache Mohamed

Donald Payne, président de la subcomission pour l'Afrique de la Chambre de Représentants des EEUU, reconnaissait hier à Madrid que ce contentieux qui dure depuis 33 ans ne se trouve pas parmi les dossiers qui, selon le gouvernement nordaméricains, réclament son attention urgente. Et encore, il a pronostiqué qu'avec l'arrivée d'Obama à la Maison Blanche "il y aura des changements" dans le traitement que Washington donne à ce conflit. Il n'a pas précisé lesquels, mais il a rappelé la disposition au "dialogue" et "le compromis avec les droits humains" du président des EEUU.

 Le Congresman démocrate s'est exprimé ainsi lors d'une conférence de presse qui a suivi son intervention dans les III Journées des universités publiques madrilènes sur le Sahara Occidental, entamés le 26 mai à Madrid sous le titre "Sahara occidental : Internationalisation et droits humains". Dans leur missive envoyée au président Obama, un groupe de congresmen américains ont souligné l’urgence d’étendre le mandat de la MINURSO à la surveillance des droits de l’homme, car, a-t-il observé, "c’est la seule mission de l’ONU qui ne surveille pas ces droits".

 M. Payne a indiqué, en outre, que ses pairs au Congrès ont rappelé au président Obama l’avis rendu par la Cour internationale de justice (CIJ) affirmant le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, ainsi que l’ensemble des résolutions de l’ONU en faveur de ce droit. Dans ce cadre, il a souligné que "le droit à l’autodétermination a été un principe sur lequel nous avons établi notre nation, et que toute tentative de s’en éloigner ne servirait ni la paix, ni la stabilité dans la région du Maghreb".

 La missive n'a pas encore eu de réponse. Un silence que Payne qualifia de "normal" pour un président qui doit aborder des questions "plus urgentes" dans le monde entier et dans le continent africain. Quatre mois après l'installation de Barack Obama à la Maison Blanche, on dirait que l'Obamania est en train de s'éteindre. Surtout au Maroc, où l'on a organisé tout un carnaval d'initiatives pour inviter le président américain a donner son premier speech à Rabat. Quelle désillusion! Il le fera en Egypte. Avec tous les dossiers épineux, ce serait tout à fait compréhensible que la question du Sahara Occidental ne soit pas prioritaire pour Obama. Nonobstant, il affiche une sincère volonté de se débarrasser de tout ce que Bush a laissé comme héritage néfaste. Cette volonté nous laisse espérer des choses meilleures que celles que nous avons eu avec Bush. Naturellement, il faudra s'attendre à ce qu'il fasse des erreurs. Concilier les désirs avec la dure réalité n'est pas une tâche facile. À la différence de Bush, Obama se dit enclin au dialogue. Par ailleurs, il s’est prononcé en faveur du retrait progressif des troupes américaine d’Irak, et cherche à renouer le dialogue avec l’Iran. Il a un capital confiance que n’avait plus son prédécesseur. C’est de bon augure, même si Obama n’a pas de baguette magique.

 Sous le mandat de Bush, la balance américaine penchait plutôt côté marocain sur la question du Sahara. Tous les médias officiels au Maroc avaient répété maintes fois que la position des Etats-Unis ne risque pas de changer en ce qui concerne le conflit du Sahara Occidental. Lors des derniers débats au sein du Conseil de Sécurité, l'ambassadeur américain était loin de donner un intérêt quelconque à l'affaire. Seule la France s'est battue pour les thèses marocaines et contre l'élargissement des compétences de la MINURSO pour y inclure la surveillance des droits humains dans la région.

 L'administration Obama ne s'est pas encore prononcée en faveur du plan d'autonomie marocain malgré le déploiement des lobbys promarocains aux Etats-Unis qui essaient de forcer la main du nouveau président avec le fantôme ressucité de la menace terroriste. Avec la farce du "terrorisme sahélien", certains sénateurs américains, des habitués de la généreuse "hospitalité" des terres marocaines, veulent faire revivre l'ère Bush et éloigner Obama des objectifs qu'il s'est fixés pour rétablir la confiance et le respect des autres pays du monde. Des buts pour lesquels, il semble avoir fait du retour à la légalité internationale son credo.

 Le véritable terrorisme est pratiqué par l'administration marocaine contre les tous les peuples de la région. A cause de l'expansionisme marocain, cette région d'Afrique n'a pas connu le goût de la stabilité depuis 50 ans. D'abord, c'est l'agression militaire contre l'Algérie et le peuple sahraoui. Ensuite, c'est le soutien du ministère de l'intérieur marocain aux infiltrations d'armes et d'islamistes à travers ses frontières pour encourager la déstabilisation de l'Algérie et affaiblir son soutien au Front Polisario. L'autre facette terroriste du régime marocain, c'est la répression sauvage contre les populations civiles marocaine et sahraouie, le bombardement des camps de réfugiés avec des bombes de napalm, de phosphore, des bombes à fragmentation, etc.

 La stabilité en Afrique du Nord, les questions de sécurité, de paix et de développement dans la région font partie des constantes US en termes de politique étrangère. Des questions qui dépassent le périmètre des relations bilatérales et l’intérêt d’un Etat. Au nom de la stabilité, il est impératif d'éteindre les foyers de tension. Obama a bien indiqué qu’il voulait régler le problème iranien diplomatiquement. On peut légitimement admettre que le principe qui vaut pour un problème aussi crucial que celui que constitue l’Iran, peut bien valoir pour un problème de décolonisation en principe plus facile à résoudre et sur lequel il y a un consensus international : le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination.

 Bush a pratiquement anéanti les relations des Etats-Unis avec l'Algérie avec son soutien sans conditions à l'annexion du Sahara Occidental par le Maroc. L'échec de la politique de Bush dans le Nord de l'Afrique sera le moyen idéal pour guider la politique d'Obama dans la région et affirmer une réelle présence à travers la résolution de ce conflit vieux de 34 ans.

 Le moment propice pour l'intervention américaine commence à se dessiner maintenant qu'on parle d'un nouveau round de négociations entre le Front Polisario et le Maroc. Les sahraouis sont convaincus que cette fois est la bonne. Le président sahraoui avait déclaré, au mois de janvier : "Nous avons l'impression que, durant la présidence Obama, l'indépendance du Sahara Occidental sera enfin reconnue".

Popular Posts

Recent Posts

Sample Text

Blog Archive