Accéder au contenu principal

Le hacker Chris Coleman démasque un espion américain au service du Makhzen


Le hacker Chris Coleman vient de déterrer un document prouvant qu’un ambassadeur américain, Edward Gabriel en l’occurrence, a pendant longtemps servi d’informateur au Maroc. Edward Gabriel a été ambassadeur des Etats-Unis à Rabat à la fin des années 1990. C’est sans aucun doute à cette période qu’il a été retourné par les services spéciaux marocains.

Durant l’opération de renversement de Mouammar Kadhafi menée par l’Otan et le Qatar en 2011, Edward Gabriel est ainsi identifié comme étant la fameuse source qui informait régulièrement le Makhzen sur les développements de la situation dans la région. Dans l’un de ses mémos, le diplomate américain, qui cite des sources des plus approximatives, avait même accusé des élèves officiers sahraouis d’avoir combattu aux côtés des unités de l’armée libyenne.

Le rôle d’Edward Gabriel ne se limitait pas à refiler des «tuyaux» au gouvernement marocain. A ses heures perdues, il passait le clair de son temps à tresser des lauriers au roi Mohammed VI et sa politique dans la presse marocaine et internationale. Mieux encore, il se faisait à chaque fois un devoir de démonter en pièces les rapports du Département d’Etat dans lesquels le Maroc était traîné dans la boue sur la question des droits de l’Homme au Sahara Occidental occupé. Edward Gabriel se permet parfois même de suggérer au ministère marocain des Affaires étrangères la conduite à tenir à l’égard de l’Administration américaine.

A un moment où toutes les ONG des droits humains de la planète dressent un tableau noir de la situation des droits de l’Homme au Maroc, l’ancien ambassadeur des Etats-Unis à Rabat a soutenu contre vents et marées dans une récente déclaration à un journal marocain que «les réalisations du Maroc dans le domaine des droits de l’Homme méritent sans aucun doute d’être applaudies». Sans la moindre gêne, il a expliqué que les autorités marocaines ont œuvré sans relâche dans le but de consolider les droits de l’Homme dans le pays, «en allant de l’avant dans le cadre d’un processus démocratique robuste». Un diplomate qui défend publiquement les positions d’un pays dans lequel il a eu à servir… du jamais vu dans les annales de la diplomatie, d’autant qu’il s’agit d’un pays qui ne rate pas une occasion pour fouler au pied la légalité internationale.

Et comme par hasard et peu avant la publication de cette déclaration, le ministre délégué aux Affaires étrangères, Nasser Bourita, et Mohamed Yassine Mansouri, directeur général des Etudes et de la Documentation (les services de renseignements extérieurs marocains), avaient convoqué l’ambassadeur des Etats-Unis à Rabat, Dwight Bush… pour lui remonter les bretelles à propos d’un rapport du Département d’Etat sur les exactions commises par le Makhzen au Sahara Occidental occupé illégalement par l’armée marocaine. Lors de cet entretien, dit-on, il avait été exposé à l’ambassadeur américain de supposés cas confirmant «la manipulation avérée et les erreurs factuelles flagrantes qui entachent le rapport du Département d’Etat». Le pire est qu’Edward Gabriel continue toujours de sévir. Il ne rate pas une occasion à chacune de ses interventions publiques à faire une «brosse» magistrale à Mohammed VI. Cela n’étonne pas ! Le Maroc est connu pour rémunérer grassement les félons et autres fripouilles.

Khider Cherif

Posts les plus consultés de ce blog

Des sénégalaises esclaves en Arabie Saoudite

Dans la photo, une sénégalaise est torturée par des saoudiens. Elle fait partie de ces pauvres sénégalais qui ont été dupés par les réseaux mafieux qui se sont enrichis en faisant de l'Arabie Saoudite El Dorado des africains.
Cette femme est tombée dans le piège. Comme les autres, elle a dû payer au moins 2000 euros pour obtenir le visa vers son calvaire et le calvaire de milliers d'indonésiens, de philippins et d'ailleurs du monde musulman. L'Arabie Saoudite où l'esclavage est pratiqué sous ses pires formes. 
Les femmes, une fois arrivées au pays, sont dépourvues de leurs documents et obligées à faire tout genre de travail domestique, violées, batues et jamais payées.
C'est le pays que le président Macky Sall a choisi pour envoyer les soldats sénégalais dans une alliance phantasmagorique dont le but est d'agresser à d'autres pays musulmans avec la bénediction de leur maître, la France. 
Macky Sall, le loup déguisé de mouton, ne fera rien pour cette fe…

Macky Sall s'en prend à la Mauritanie ... pour 50 millions d'euros

Selon le journal RIM Sans Frontières, le président sénégalais a touché un pactole de 50 millions d'euros du Maroc en échange de participer à un plan de déstabilisation de l'Union Africaine. 
En effet, Macky Sall, lors de son dernier séjours privé au Maroc, a été bien soigné par le roi du Maroc. Accueilli dans le luxe et l'abondance, Macky n'a pas pu refuser une offre trop alléchante.
En contrepartie, le président sénégalais a promis au roi du Maroc un "retour" triomphale dans la salle du 27ème Sommet de l'UA avec des chaleureux applaudissements sans passer par les procédures de demande et vote.
Le Maroc a demandé aussi à Macky Sall de punir la Mauritanie pour son refus de rejoindre le Sénégal dans sa mésaventure africaine. Ainsi, Dakar a ordonné aux éleveurs de troupeaux mauritaniens de quitter le Sénégal en moins de 48 heures. Une initiative qui prouve qu'on est loin des méthodes de la diplomatie.
Si Macky Sall a été déçu par Nouakchott, sa déceptio…

Le Maroc perd un allié de taille au sein de l'UA

Volte-face de l’Egypte dans le dossier du Sahara occidental. Si, pendant longtemps, l’Egypte a appuyé sans réserve la diplomatie marocaine dans le dossier du Sahara occidental au sein de l’UA et surtout à l’ONU, où elle a voté en faveur du plan d’autonomie proposé par le royaume, cette fois elle a pris à contrepied la position marocaine, qui perd ainsi un allié de taille au sein de l’UA, et même de l’ONU.
En mars et en avril derniers, le Caire a en effet fortement plaidé au Conseil de sécurité en tant que membre non-permanent - la cause du royaume lors de sa crise avec le SG des Nations unies Ban Ki-Moon.
L’Egypte ne figure pas sur la liste des 38 pays signataires de la motion réclamant de l’Union africaine la suspension de la RASD. En plus de l’Egypte, la Tunisie, la Mauritanie ou encore le Niger se sont tous abstenus de signer cette motion, paraphée par la majorité des pays francophones proches des thèses françaises sur la question sahraouie. 
Les Etats sus-cité ont tous refusé d’a…