Accéder au contenu principal

Le PE ordonne au Maroc de ne plus manipuler la géographie du Sahara Occidental à Bruxelles



De notre bureau de Bruxelles, Aziouz Mokhtari

Espace Yehudi Menuhim, Parlement européen (PE), Bruxelles, les huissiers, en nombre, arrivent à peine à contenir la colère des eurodéputés contre la manipulation géographique de Giles Pargneaux et Victor Pastinaru, lobbyistes, opportunistes et repus à la solde de Rabat. Ce qui devait être une simple présentation d’une expérience marocaine en énergie renouvelable, s’est transformé en véritable incident politico-diplomatique. Les eurodéputés, Mohamed Sidati, plusieurs représentants d’ONG, alertés, rapidement débarquent. Ceux qui ont des badges d’accès attendent, de pied ferme, la réponse du président de la Chambre basse de l’UE. Dehors, les associations s’impatientent. La réponse du Parlement européen tombe sous forme d’un communiqué cinglant. 

«Le Parlement européen n’assume aucune responsabilité quant au contenu et informations figurant dans cette exposition.» Les eurodéputés emmenés par une jeune et fougueuse Espagnole exigent davantage et obtiennent, rapidement, gain de cause. La partie Sahara occidental est «masquée» par un auto-collant — de marque prestigieuse — et, de ce fait, la carte géographique proposée par les Marocains devient indigeste, ridicule. Finalement, c’est le drapeau marocain qui couvre l’ensemble de l’œuvre géographique et plus, dès lors, de trace des territoires sahraouis sur la carte. Première et grande victoire de Mohamed Sidati, ministre représentant de la RASD et du Polisario en Europe. 

Les europarlementaires obtiennent, encore, que Martin Shulz, président de la prestigieuse Chambre du Vieux Continent, déclare recevable la pétition que l’intergroupes «Paix pour le peuple sahraoui» a décidé de lui transmettre. L’intergroupes est une instance européenne composée d’eurodéputés de la majorité des coalitions (conservateurs, gauches de gouvernement et gauches plus radicales, Verts, libéraux, communistes et apparentés). Tous indiquent, en substance, que Fédérica Mogherini, commissaire européenne chargée des relations extérieures, avait, en août dernier, affirmé, sans ambages, que l’Union européenne ne reconnaissait aucune paternité marocaine sur le Sahara occidental. 

F. Mogherini, précisant que l’UE se rangeait totalement sur le consensus onusien concernant le dossier (autodétermination des populations sahraouies, référendum, parties au conflit identifiées, Polisario et Maroc...). Pour rappel, l’ONU considère le Sahara occidental comme des territoires non-identifiés, relevant de la doctrine des Nations-Unies en matière de décolonisation... 

La salle Yehudi Menuhim retrouve son calme, les europarlementaires partent et le Sahara occidental est déconnecté du Maroc dans l’exposition. Pourtant, l’après-midi, le communiqué complet du Parlement européen rajoute une autre précision : «L’usage de cet espace (Yehudi Menuhim, Ndlr) a été alloué sans frais à l’un de ses députés, en accord avec les règles en usage.» Ce qui signifie que le président Martin Shulz isole Giles Pargneaux, partie demanderesse de la salle, et n’endosse pas son dépassement. 

Pendant toute l’après-midi de ce jeudi 20 octobre, les huissiers et la garde parlementaire avaient l’œil sur l’expo. Aucun risque de nouveaux dérapages. Pargneaux rentre à la maison et Mohamed Sidati peut, désormais, quitter l’enceinte parlementaire. Le Maroc ne régnera pas sur le territoire sahraoui au Parlement européen, à Bruxelles.
A. M.


Posts les plus consultés de ce blog

Des sénégalaises esclaves en Arabie Saoudite

Dans la photo, une sénégalaise est torturée par des saoudiens. Elle fait partie de ces pauvres sénégalais qui ont été dupés par les réseaux mafieux qui se sont enrichis en faisant de l'Arabie Saoudite El Dorado des africains.
Cette femme est tombée dans le piège. Comme les autres, elle a dû payer au moins 2000 euros pour obtenir le visa vers son calvaire et le calvaire de milliers d'indonésiens, de philippins et d'ailleurs du monde musulman. L'Arabie Saoudite où l'esclavage est pratiqué sous ses pires formes. 
Les femmes, une fois arrivées au pays, sont dépourvues de leurs documents et obligées à faire tout genre de travail domestique, violées, batues et jamais payées.
C'est le pays que le président Macky Sall a choisi pour envoyer les soldats sénégalais dans une alliance phantasmagorique dont le but est d'agresser à d'autres pays musulmans avec la bénediction de leur maître, la France. 
Macky Sall, le loup déguisé de mouton, ne fera rien pour cette fe…

Macky Sall s'en prend à la Mauritanie ... pour 50 millions d'euros

Selon le journal RIM Sans Frontières, le président sénégalais a touché un pactole de 50 millions d'euros du Maroc en échange de participer à un plan de déstabilisation de l'Union Africaine. 
En effet, Macky Sall, lors de son dernier séjours privé au Maroc, a été bien soigné par le roi du Maroc. Accueilli dans le luxe et l'abondance, Macky n'a pas pu refuser une offre trop alléchante.
En contrepartie, le président sénégalais a promis au roi du Maroc un "retour" triomphale dans la salle du 27ème Sommet de l'UA avec des chaleureux applaudissements sans passer par les procédures de demande et vote.
Le Maroc a demandé aussi à Macky Sall de punir la Mauritanie pour son refus de rejoindre le Sénégal dans sa mésaventure africaine. Ainsi, Dakar a ordonné aux éleveurs de troupeaux mauritaniens de quitter le Sénégal en moins de 48 heures. Une initiative qui prouve qu'on est loin des méthodes de la diplomatie.
Si Macky Sall a été déçu par Nouakchott, sa déceptio…

Le Maroc perd un allié de taille au sein de l'UA

Volte-face de l’Egypte dans le dossier du Sahara occidental. Si, pendant longtemps, l’Egypte a appuyé sans réserve la diplomatie marocaine dans le dossier du Sahara occidental au sein de l’UA et surtout à l’ONU, où elle a voté en faveur du plan d’autonomie proposé par le royaume, cette fois elle a pris à contrepied la position marocaine, qui perd ainsi un allié de taille au sein de l’UA, et même de l’ONU.
En mars et en avril derniers, le Caire a en effet fortement plaidé au Conseil de sécurité en tant que membre non-permanent - la cause du royaume lors de sa crise avec le SG des Nations unies Ban Ki-Moon.
L’Egypte ne figure pas sur la liste des 38 pays signataires de la motion réclamant de l’Union africaine la suspension de la RASD. En plus de l’Egypte, la Tunisie, la Mauritanie ou encore le Niger se sont tous abstenus de signer cette motion, paraphée par la majorité des pays francophones proches des thèses françaises sur la question sahraouie. 
Les Etats sus-cité ont tous refusé d’a…