Ce que le SG de l’ONU a vu et dit sème la panique à Rabat : Mohammed VI écrit à Ban Ki-moon

L’onde de choc de la visite de Ban Ki-moon au Sahara Occidental continue de faire des ravages au Maroc où les shows médiatiques se succèdent pour tenter de conjurer une rage insondable qui enfonce le Makzen dans ses errements. Après donc les réunions au Parlement, le discours déclamatoire du Premier ministre, Abdelilah Benkirane, et la marche «spontanée» de ce dimanche à Rabat pour dénoncer les déclarations du secrétaire général de l’ONU, le chef de la diplomatie, Salah-Eddine Mezouar, va se rendre très rapidement à New York pour remettre à Ban Ki-moon une lettre de Mohammed VI. 

Le Maroc a pour objectif de mettre une très grande pression sur le secrétaire général de l’organisation internationale afin de l’amener à faire amende honorable à ses déclarations sur le Sahara Occidental et le persuader de bien «tamiser» les observations qu’il mettra dans son rapport d’avril au Conseil de sécurité. La lettre du roi dramatise à l'excès la situation, en reprenant les menaces proférées par certains parlementaires lors de la réunion des deux Chambres, samedi, de prendre les armes pour récupérer les zones libérées par le Polisario.

 Le ton belliqueux utilisé par le Palais tranche clairement avec les discours ressassés sur les tribunes internationales prétendant que les autorités marocaines maîtrisaient la situation dans les territoires sahraouis, appelés abusivement «territoires marocains du Sud», et que ses populations vivraient en symbiose totale avec le royaume. Rabat compte surtout dans sa «contre-offensive diplomatique» sur l’appui de son protecteur français qui supervise et dirige en sous-main l’opération, en mettant en relief les résultats prétendument «contre-productifs» de la visite de Ban Ki-moon qui, au lieu de faciliter et favoriser la reprise des négociations, a paradoxalement exacerbé la tension dans la région. 

Pour sa première visite dans la région, où une mission de maintien de la paix, la Minurso, est déployée depuis 1991, le secrétaire général des Nations unies s’est rendu dans les camps de réfugiés de Tindouf, puis dans la zone dite «tampon» de Bir Lahlou, où sont postés des observateurs militaires de la mission onusienne, à l’est du mur de défense érigé par l’armée marocaine. 

Ban Ki-moon a constaté de visu la situation des réfugiés. Il déclarera à Alger, lors d’une conférence de presse animée avec Ramtane Lamamra : «J’ai été attristé de voir autant de réfugiés et, particulièrement, les jeunes qui y sont nés. Les enfants qui sont nés au début de cette occupation ont désormais 40 ou 41 ans. Soit quarante ans d’une vie difficile. Je voulais vraiment leur apporter l’espoir que ce n’est pas la fin du monde pour eux.» Les Marocains n’ont pas digéré le terme «occupation», utilisé à juste titre par le premier responsable de l'Organisation des Nations unies.
R. Mahmoudi


Posts les plus consultés de ce blog

Des sénégalaises esclaves en Arabie Saoudite

Le Maroc perd un allié de taille au sein de l'UA

Macky Sall s'en prend à la Mauritanie ... pour 50 millions d'euros