Acculé, le Maroc a fini par recevoir Christopher Ross

Sahara occidental : acculé, le Maroc a fini par recevoir Christopher Ross


L’Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Christopher Ross, a entamé, mercredi dernier, sa tournée dans la région, en se rendant à Rabat, interrompant une année d’absence de ses déplacements dans le cadre de sa mission onusienne. 


Une tournée qui intervient, faut-il le noter, après la prise de fonctions de sa collègue onusienne, Kim Bolduc, Représentante spéciale pour le Sahara occidental, et chef de la Mission des Nations unies pour un référendum au Sahara occidental. 

Après plus d’une année d’absence de visites de Christopher Ross, dans la région et la temporisation de la prise de fonction de Kim Bolduc, sur fond des manœuvres marocaines. Celles-ci orchestrées par le lobby pro-marocain, activant dans les couloirs des Nations unies, dont sans surprise les Israéliens, et aussi le rôle de soutien de la France au Maroc, en tant que membre permanent au Conseil de sécurité. Ne pouvant retarder aux calendes greques la mission de Ross, dans la région, car celui-ci est tenu d’élaborer un rapport sur le Sahara occidental, avant fin avril prochain, date de la réunion du Conseil sécurité de l’ONU sur ce territoire, inscrit dans l’agenda de l’ONU dans un processus de décolonisation. 

Connu pour être un fin diplomate, Ross a été boudé par le Royaume chérifien, sur fond de l’objectivité qui le caractérise dans l’accomplissement de sa mission, traduite par la teneur de son dernier rapport sur le Sahara occidental. Ne pouvant faire abstraction de l’actualité qui marque les territoires sahraouis, encore sous occupation marocaine, lors de sa dernière tournée, Ross a été témoin des manifestations pacifiques de Sahraouis à Smara occupée, et saisissant la portée du respect des droits de l’homme, ce responsable a mentionné dans son rapport, la nécessité d’un mécanisme onusien de surveillance des droits de l’Homme au Sahara occidental. Ce qui a mis en colère le Maroc, qui excelle dans sa répression et oppression des Sahraouis dans les territoires occupés, manifestant pacifiquement en réclamant l’application du Droit international au Sahara occidental, question de décolonisation inscrite à l’ONU, depuis les années 1960. 

En août dernier, l’Institution onusienne a rompu son silence sur les rumeurs insistantes des médias marocains, dont l’agence officielle MAP, faisant état de la démission de Ross. Le porte-parole de l’Institution onusienne a confirmé, à ce propos, la nullité de ces rumeurs, indiquant que l’Envoyé spécial pour le Sahara occidental, Christopher Ross, conservait bien son poste et ne comptait pas démissionner. Ces rumeurs sont «de pures inventions, sans aucun fondement», avant de préciser qu’ «avec l’aide du Secrétaire général et du Conseil de sécurité, l’Envoyé spécial, Christopher Ross, continue à consulter les différentes parties et prépare le timing de sa prochaine visite dans la région», a expliqué dans un communiqué, le porte-parole de l’ONU. Cette dernière a précisé que la mise au point en question s’adresse particulièrement à l’agence de presse marocaine MAP, laquelle a été destinataire, est-il précisé, de cette mise au point de l’ONU, en date du 23 juillet dernier, et qu’elle n’a pas publiée. 

La visite de Ross intervient, faut-il le noter, après que sa collègue Kim Bolduc, chef de la Minurso eut effectué, avant lui, sa tournée, après la prise en fonction de sa mission. Sa première étape dans le cadre de sa tournée régionale, entamée mercredi à Rabat, intervient, notamment, après l’assassinat du jeune Sahraoui, Mohamed-Lamine Haidalla, par trois colons marocains, pensant, ainsi, faire taire à jamais l’idée que portait ce défunt martyr pour l’indépendance de son pays. Le défunt, connu pour ses positions en faveur du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, avait été arrêté à maintes reprises par la police coloniale, marocaine. La responsabilité de cet acte barbare, qualifié de «crime odieux» par le président sahraoui, «incombe aux autorités marocaines», a-t-il indiqué, mercredi dernier.

Par ailleurs, Ross a entamé sa tournée à moins d’une quinzaine de jours de la célébration par les Sahraouis et le Front Polisario de la proclamation, le 28 février 1975, de la République arabe sahraouie démocratique (Rasd). Le coordinateur sahraoui avec la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental la (Minurso), M’hamed Kheddad, a déclaré, jeudi dernier, que la visite de Ross dans la région s’inscrit dans le cadre de la préparation d’un nouvel round de négociations entre le Front Polisario et le Maroc. 

Pour le responsable sahraoui «la visite de Ross, et auparavant celle de Mme Kim Bolduc, chef de la Minurso, est une expression claire de l’échec des tentatives marocaines pour contrecarrer les efforts menés par l’ONU, afin de trouver une solution au conflit du Sahara occidental», a-t-il confirmé. Précisant par ailleurs qu’«en attendant de tenir un référendum, l’ONU, représentée par sa Mission au Sahara occidental, doit avoir les pouvoirs pour surveiller la situation des droits de l’homme», Mohamed Khedad a ajouté et «de travailler pour le respect du statut juridique du Sahara occidental et l’arrêt de l’exploitation illégale par le Maroc des ressources naturelles sahraouies». Annonçant que Ross «arrivera le 14 février (hier : ndlr)» dans les camps de Réfugiés sahraouis.
Karima Bennour

Le Courrier d'Algérie, 15/02/2015

Posts les plus consultés de ce blog

Des sénégalaises esclaves en Arabie Saoudite

Sahara Occidental : Voilà pourquoi le Maroc ne veut pas lâcher prise

Visite d’un dignitaire sioniste au Maroc