Articles

Affichage des articles du août, 2012

Un succès pour les Sahraouis

Image
Le maintien par le SG de l'ONU de son envoyé personnel au Sahara occidental, Christopher Ross, est une autre étape qui marque l'avancée de la cause du peuple sahraoui. Cette décision particulièrement sensible est appuyée par ses propos directs soulignant que " Les Nations unies n'avaient plus l'intention de modifier les termes de leur médiation, dont l'objectif est de promouvoir une solution politique au conflit acceptable par les deux parties ". Une ligne forte répondant aux termes de la Charte des Nations unies, qui stipule singulièrement le règlement des différends par des moyens " pacifiques " entre les belligérants et à s'abstenir de recourir à la menace ou l'emploi de la force. Tout ceci explique qu'il ne s'agit plus de " noyer " la question sahraouie dans un dédale de négociations procédurières en continu et sans résultats et d'aller droit au but pour que le conflit entre le Maroc et le Front Polisario s…

Au Sahara Occidental, le Maroc a perdu son pari contre Christopher Ross

Image
Rabat, 28 août. – Selon les analystes, le gouvernement marocain a perdu son bras de fer contre l’ONU en recusant l’Envoyé Personnel du Secrétaire général, l’Américain Christopher Ross.
Le week-end passé, Ban a confirmé Ross dans ses fonctions et a appelé le Roi Mohamed VI du Maroc pour «réaffirmer que son Envoyé Personnel et son nouveau Représentant Spécial (l’allemand Wolfgang Weisbrod-Weber, nommé en Juin) rempliront dans les limites du cadre précis, tel que fixé par le Conseil de Sécurité, leurs mandats relatifs à l’avancement du processus de règlement et ce faisant et à la contribution à l’instauration des relations bilatérales escomptées avec l’Algérie ».
Au mois de mai, le gouvernement marocain a annoncé qu’il «retirait sa confiance » en Ross pour « comportement déséquilibré et partial» (suppose contraire aux thèses de Rabat), et depuis lors, les médias marocains s’en doutait son remplacement par une figure de renommée internationale , ce pourquoi ils avaient donné des noms tels…

Ban Ki-moon siffle l'échec au roi

Image
par Salem Ferdi

Le «retrait de confiance » du Maroc à l'encontre de l'émissaire de l'ONU pour le Sahara Occidental, le diplomate américain Christopher Ross, tourne à la bérézina diplomatique. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a réaffirmé, samedi, au Roi du Maroc en personne, son soutien à son émissaire. Ce soutien, il l'avait déjà clamé le 17 mai dernier, immédiatement après l'annonce par le Maroc de son « retrait de confiance » à l'envoyé spécial coupable, à ses yeux, de trop s'occuper des droits de l'homme au Sahara Occidental. Rabat n'a pas apprécié le rapport de l'ONU présenté le 24 avril au Conseil de sécurité qui consignait un certain nombre de faits. Il mettait en avance les contrôles mis en place par le Maroc pour entraver l'accès des « interlocuteurs locaux» au quartier général de la Minurso à Laayoune, le fait que les communications du QG de la Minurso avec New York (ONU) «aient été compromises occasionnellement», le r…

Que fera le Maroc ?

Image
par Yazid Alilat
Non! Le compteur pour une complète et définitive décolonisation du Sahara Occidental est toujours en marche. Et plus que jamais d'actualité. C'est ce que vient de confirmer officiellement le SG de l'ONU, M. Ban Ki Moon, personnellement au souverain marocain, en maintenant à son poste son envoyé spécial pour le Sahara Occidental. En dépit des sournoiseries diplomatiques marocaines, la communauté internationale, Washington et l'ONU n'ont pas vraiment apprécié que M. Christopher Ross, un diplomate de haute voltige et fort respecté au département d'Etat, soit viré comme un ‘'malotru'' par le Maroc, qui n'avait pas digéré son rapport sur la situation des droits de l'homme dans ce territoire occupé par Rabat.
La réaction de M. Ban, en maintenant sa confiance à son envoyé spécial pour le Sahara Occidental, est un peu une riposte en quelque sorte des Etats-Unis, qui n'avaient pas également accepté cette impertinence de Rabat, ni…

Maroc/ après une année de polémique…les marocains s’inclinent au Roi

Image
Jamais un acte d’allégeance du chef du gouvernement au roi, n’a été autant au cœur d’un débat que cette année, au Maroc. La position d'Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement, sera également très suivie au cours de cet évènement puisque qu’il avait appelé à sa « révision », en 2011, alors qu'il était chef de l'opposition. 

Cette année, cet acte est au cœur d’une polémique entre ses partisans, ses détracteurs et ceux qui souhaitent simplement un allégement de cette tradition. Cette année, les festivités de la Béia verront la participation de ministres du PJD. Une première. 

En octobre 2011, un mois avant les législatives anticipées du 25 novembre, Abdelilah Benkirane, pourtant un fervent monarchiste, avait appelé lors d’une émission sur Al Oula, à « réviser » cet évènement qui n’est plus « en phase avec le 21ème siècle ». 

Depuis cette date, de l'eau a coulé sous les ponts. Benkirane n’est plus le leader de l’opposition mais le chef du gouvernement, connu beaucoup plus p…

Après un sit-in de 60 jours contre les agressions marocaines L'état de santé des femmes sahraouies se détériore

Image
L’état de santé des citoyennes sahraouies se détériore après un sit-in de 60 jours pour protester contre les conditions de vie difficiles et les agressions corporelles et verbales dont elles ont fait l'objet lors de leur manifestation protestataire dans la ville de Tan Tan, rapporte jeudi l'agence de presse sahraouie (SPS). 

Malgré la solidarité affichée par les citoyens sahraouis et la société civile à l'égard de ces femmes, les autorités marocaines continuent d'ignorer leurs revendications, indique la même source précisant que les éléments de la gendarmerie marocaine avaient refusé d'appeler une ambulance pour le transport de la citoyenne sahraouie Sakina al Bilal qui s'était évanouie du fait de la forte chaleur. 
Aussi, le détenu politique sahraoui Yahia Mohamed El Hafedh Izi, âgé de 47 ans, a entamé mercredi une grève de la faim illimitée dans la prison de Ait Melloul au Maroc, a rapporté jeudi l'agence de presse sahraouie (SPS). Cette grève de la faim,…

SUJETS PAS CITOYENS !

Image
par M. Saadoune
Au Maroc, ce ne sont pas seulement les «dangereux révolutionnaires» du Mouvement du 20 février qui estiment que le protocole royal de l'allégeance (beia ou moubayaa) est aussi suranné qu'humiliant pour les citoyens marocains. Même dans les monarchies absolutistes du monde arabe, le pouvoir n'a pas besoin de ces signes humiliants de génuflexions, de prosternations collectives pour s'affirmer. Pour eux, ce protocole d'un autre âge n'a pas sa place sous un monarque qui officiellement fait profession de foi de «réforme».
Les appels à l'abolition de ce protocole se sont multipliés ces dernières années. Certains ont appelé prudemment à son «assouplissement» pour ne pas froisser le Palais. La plupart ont en ligne de mire le «baisemain» qui est devenu, par exemple dans les forums internet, un incessant objet de moquerie contre les Marocains dans les pugilats absurdes qui les opposent aux internautes algériens. Le baisemain n'est plus en théorie …

"Qui a opéré le rapt de Tindouf ?"

Image
S’il reste un seul qui coince dans le gosier des marocains, ce serait celui du combat légitime du Front Polisario. Aussi, l’entretien donné par Mohamed Lamine Bouahli, dirigeant du Front Polisario et chef d’une brigade militaire, à un quotidien espagnol à grand tirage, ABC, en l’occurrence, a tout pour mettre le Makhzen sens dessus-dessous. Alors que Mohamed Lamine précise que le combat du Polisario reste attaché au droit international, qui reconnaît la justesse de sa cause, reconnaissant que peut-être deux ou trois pasteurs nomades peuvent avoir eu une relation avec AQMI et le Mujao pour le rapt des trois humanitaires du camp de réfugiés de Hassi Rabouni, près de Tindouf, le Makhzen reprend l’entretien à son compte et affirme que certains des membres du Front sont directement connectés à Al Qaïda. 
Pour le dirigeant militaire du Front, Mohamed Lamine Bouahli, « il s’agit de nomades n’agissant point dans les camps du Polisario ». Le Makhzen commente dans les journaux qui lui sont pro…

Lavrov compare le problème iranien avec le conflit du Sahara Occidental

Image
Nucléaire iranien : problème pas plus dangereux que beaucoup d’autres (Lavrov)



Le problème du programme nucléaire iranien n’est pas plus dangereux que beaucoup d’autres problèmes internationaux, a estimé samedi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov dans une interview accordée à la chaîne d’information en continu Sky News Arabia.

Les divergences qui persistent entre les Six médiateurs pour le dossier nucléaire iranien (Russie, USA, Royaume-Uni, France, Chine et Allemagne) et l’Iran sont très graves, mais je ne dirais pas qu’elles sont plus graves que les divergences dans les règlements palestino-israélien et arabo-israélien ou les divergences sur le Sahara Occidental et les problèmes liés à la création d’une zone libre d’armes de destruction massives au Proche-Orient, a fait remarquer le ministre.

 Interrogé sur les menaces militaires d’Israël à l’égard de l’Iran, M.Lavrov a déclaré ne pas croire que l’on puisse par la force parvenir à une résolution stable et à long terme du p…

Khaled Nezzar révèle comment Hassan II a voulu se servir de Layada

Image
La huitième partie des entretiens accordés par le général-major Khaled Nezzar à la chaîne algérienne de télévision privée En Nahar, comporte, notamment, les péripéties qui ont conduit à l’arrestation du chef du GIA, Abdelhak Layada. D’abord sa localisation dans un hôtel à Oujda, au Maroc, où il s’était enfui, puis les laborieuses discussions avec les responsables marocains pour obtenir son extradition vers notre pays. Le général Nezzar revient sur son entrevue avec le roi Hassan II à la demande de ce dernier, l’objet étant le sort de Layada, avec en toile de fond, l’affaire du Sahara Occidental. 
L’intention des Marocains était d’utiliser la «carte» Layada pour faire pression sur l’Algérie à propos du Sahara Occidental. Le roi renonça vite à cette sorte de marchandage devant la fermeté du général Nezzar sur ce point mais aussi en prenant connaissance d’informations données par l’Algérie sur l’activité terroriste au Maroc. Le général Nezzar commence par rappeler que Layada était respo…

Syrie : Pourquoi un émissaire algérien et non pas un marocain?

Image
Ceci est un article interactif. Une question dirigée aux lecteurs qui peuvent exprimer leur point de vue sur la question qui tourne autour de la décision de l'ONU de désigner le vétéran de la diplomatie algérienne, Lakhdar Ibrahimi, pour remplacer  Koffi Annan. Celui-ci avait démissionné suite à son manque de soutien du Conseil de Sécurité.

Pourquoi un algérien et non pas un marocain pour les bonnes offices dans le conflit syrien? Pourtant, le Maroc est membre non-permanent du Conseil de Sécurité. Cela devrait offrir à ce pays l'occasion de se positionner sur la scène internationale et gagner des points dans son conflit avec le peuple sahraoui sur le Sahara Occidental.

L'Algérie s'est distinguée par des succès dans plusieurs médiations : libération des otages américains enlevés à Tehran en 1979, de la guerre civile libanaise, l'Erythrée, Mali, etc...

Le Maroc s'est distinguée plutôt pour ses expéditions guerrières aux côtés de troupes françaises en Afrique et…

Le service de clônage du Makhzen

Image
Le système qui gouverne le Maroc, appelé Makhzen, veille sur l'adhésion du peuple marocain à ses ambitions expansionnistes. Dans ce but, le Makhzen se bat contre tout média qui risque d'influencer l'opinion publique marocaine, même si celle-ci s'est avérée, en ce qui concerne le conflit du Sahara Occidental, plus royaliste que le roi. Les marocains doivent continuer à voir le Sahara Occidental comme une propriété du Maroc et ils ne doivent pas non plus protester contre l'atteinte aux droits de l'homme des sahraouis. Au contraire, ils doivent sentir du plaisir à voir comment les "Croatia" tabassent les sahraouis sans défense qui se trouvent dans les territoires occupés par le Maroc. 
Rabat veille à tout prix à garder ce sentiment anti-sahraoui dans la société marocaine. Ainsi, pour interférer sur leur recherche sur Internet, les services secrets marocains ont créé toute une série de pages web qui portent le nom des pages web du Front Polisario.
L'…

Au Maroc, les rebelles du ramadan suscitent les critiques

Image
A l’heure qui précède le chant du muezzin et le coucher du soleil qui sonne le moment de la rupture du jeûne, le silence tombe sur la ville et les cafés sont déserts. Mais un groupe de Marocains est bien décidé à ne pas se conformer à la tradition du ramadan.
Par Simon Martelli de l’afp

Le groupe «Masayminch» («nous ne jeûnons pas» en arabe marocain) a été récemment créé par de jeunes Marocains déterminés à défendre le droit de ne pas jeûner pour les non-croyants. Ils veulent pouvoir manger, boire et fumer en public durant le mois sacré du ramadan. «L’idée est de dire à la société que nous sommes différents et que nous n’avons pas à nous cacher», affirme à l’AFP Imad Iddine Habib, 23 ans, co-fondateur de ce groupe dont la page Facebook compte quelque 350 membres.
Les grandes villes du Maroc, un pays très touristique où se pratique un islam tolérant et modéré, regorgent de bars qui ferment néanmoins durant le ramadan. Quelque 89% des Marocains considèrent la religion comme «très import…

EMBARRAS ROYAL

Image
par M.Saadoune
La décision du Maroc de retirer sa «confiance» à Christopher Ross, l'émissaire personnel du secrétaire général de l'Onu pour le Sahara Occidental, est devenue encombrante pour Rabat. Le gouvernement islamiste de Benkirane - qui vient de s'excuser platement auprès du roi et de ses conseillers pour des «excès» de langage - est contraint d'assumer, à la place du Palais, une fort mauvaise décision. Des hommes politiques marocains, qui savent qu'une telle décision n'aurait pu être prise sans l'aval du roi, en ont profité pour porter des coups au gouvernement du PJD. 
Ce choix unilatéral, «sans consultations avec les alliés du Maroc», pour reprendre la formule de Mohamed El Yazghi, ancien ministre et ancien secrétaire général de l'USFP, pose en effet des problèmes. Le gouvernement ou, à tout le moins, le ministre Saad Eddine Al-Othmani se retrouvent dans la posture de fusibles potentiels au vu de l'incapacité de la diplomatie marocaine à …

Al-Othmani fait feu de tout bois et fait des amalgames : Rabat tente de minimiser «l'impasse» Christopher Ross

Image
par Salem Ferdi
Constat implicite que l'affaire Christopher Ross a créé un problème avec Washington, tentative de nier l'existence d'une impasse avec l'Onu, amalgame entre les camps sahraouis et les menaces sécuritaires au Sahel et «enthousiasme» intact pour développer les relations avec l'Algérie. Le chef de la diplomatie marocaine fait feu de tout bois. Parfois avec de la grosse propagande.

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Saad-Eddine Al-Othmani, a admis, implicitement, dans un entretien publié par le journal saoudien Acharq Al-Awssat que le retrait de confiance à l'encontre de Christopher Ross, émissaire du secrétaire général de l'Onu sur le Sahara Occidental, a affecté les relations du Maroc avec Washington. La décision du retrait de confiance avait été fraîchement accueillie par Ban Ki-moon et la communauté internationale à la seule exception de la France qui s'est contentée d'en «prendre note». Outre Ban Ki-moon qui a réitéré sa c…

Frontières : le Maroc pousse l’UMA à faire pression sur l’Algérie

Image
Le gouvernement marocain s’adonne depuis quelques semaines à un travail sournois contre l’Algérie au sein des structures de l’Union du Maghreb arabe (UMA). Selon une source diplomatique proche de cette organisation maghrébine, le gouvernement dirigé par l’islamiste du PJD, Abdelillah Benkirane, multiplie les tractations auprès de ses homologues tunisien et libyen afin de les convaincre d’inscrire à l’ordre du jour du prochain sommet de l’UMA un projet de résolution sur l’obligation des Etats membres d’assurer la libre circulation des personnes par toutes les voies (terre, air et mer). 
Il est clair comme l’eau de roche que ce projet de résolution vise directement le gouvernement algérien qui refuse, depuis plusieurs années, d’accéder à la demande maintes fois exprimée par les dirigeants marocains de rouvrir la frontière terrestre avec notre voisin de l’ouest. Hormis la frontière terrestre entre l’Algérie et le Maroc, aucune autre bande frontalière entre les Etats membres de l’UMA n’e…

La chaîne saoudienne MBC se positionne sur le Sahara Occidental

Image
Dans le conflit du Sahara Occidental, le gouvernement marocain veille par tous les moyens à sauver la face pour garder intact le soutien du peuple marocain à ses ambitions expansionnistes et éviter les critiques de l’opposition. 
Pour garder "le moral des troupes", les médias officiels s’appliquent à présenter le Maroc comme un pays surfant sur les succès à tous les niveaux. Dans ce cadre, le pouvoir marocain a toujours tenté de convaincre les citoyens marocains que la communauté internationale n’a jamais mis en doute la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental. Dans les cartes officielles, ce territoire non-autonome selon l’ONU, se trouve toujours rattaché à son voisin du nord. 
Mais si les marocains accueillent cela avec joie, ce n’est pas le cas des autres. Ainsi,MacDonalds s’est déjà attiré les foudres du Makzen à cause de jouets distribués aux enfants qui comportaient une carte petit format sur laquelle les frontières marocaines étaient celles reconnues par la co…

Pour dénoncer le rapatriement des coopérants, une délégation espagnole arrive aux camps des réfugiés sahraouis

Image
Chahid El Hafed.- Une délégation espagnole conduite par le président de la coordination espagnole des associations solidaires avec le Sahara occidental (CEAS) José Taboada est arrivée mardi à Tindouf dans le cadre d'une visite de solidarité aux camps des réfugiés sahraouis.

Cette visite est une réponse à la décision du gouvernement espagnol de rapatrier le 27 juillet dernier des humanitaires espagnols opérant dans les camps des réfugiés sahraouis et vise à réaffirmer avec fermeté la solidarité de la société espagnole avec le peuple sahraoui

"Nous sommes venus pour évaluer la situation sécuritaire et les besoins humanitaires urgents et les aides alimentaires nécessaires à fournir au peuple sahraoui", a indiqué M. Taboada.

Parmi les 30 membres de la délégation se trouvent des personnalités représentant des ONG, des communes et des groupes parlementaires solidaires avec le peuple sahraoui ainsi que des délégués de médias.

Elle comprend également des humanitaires rapatriés s…