Articles

Affichage des articles du mai, 2011

Sahara Occidental : L’ONU, complice par la faute de la France

Image
Selon Wikipedia, l'Organisation des Nations Unies (ONU) est la plus grande organisation internationale existante. Elle est définie comme une association de gouvernance mondiale qui facilite la coopération sur des questions comme le droit international, la paix et la sécurité internationales, développement économique et social, affaires humanitaires et droits de l'homme.

Mais les faits ont montré que l'ONU est devenue un jouet entre les mains des puissances mondiales.

Quand le Kosovo a proclamé unilatéralement son indépendance, l'ONU, à travers son porte-parole, a soutenu l'indépendance à condition que le Kosovo reste sous la supervision de l'OTAN, une autre entité contrôlée par les superpuissances occidentales.

Dans l'éternel conflit entre Israël et la Palestine, dans lequel les États-Unis soutient Israël, il y avait une fuite dans laquelle un fonctionnaire de l'ONU avait affirmé que, dans ce conflit, cette organisation est devenue impartiale parce qu…

Sahara Occidental - Une mission prolongée mais pas élargie aux droits de l'Homme

Image
Le contingent de l’ONU déployé au Sahara occidental, qui est appelé MINURSO (Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un Référendum au Sahara Occidental) a un mandat de maintien de la paix depuis 20 ans, renouvelé chaque année. Cette année encore, ce mandat a été renouvelé. Cette année encore, la résolution exhorte le Maroc et le Front Polisario à poursuivre des négociations « en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui pourvoie à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental».

Dans les termes, on le voit bien, Maroc et Front Polisario sont mis sur le même plan, alors que dans les faits, il y a bien rapport de force, il y a bien un oppresseur et un opprimé. Le raid des forces de sécurité du Maroc effectué près de Laayoune en novembre dernier le démontre assez. Et l’aggravation de la répression contre la population sahraouie n’a pas fait fléchir le Conseil de sécurité de l’ONU pour que la MINURSO ait un mandat de surveillance d…

Paris, Londres et la «Ligne bleue»

Avant-hier, plusieurs dizaines de personnes sorties manifester à l’occasion du 63e anniversaire de la «nekba» furent fauchées par les balles assassines de la soldatesque sioniste. Face à des manifestants désarmés, les soldats n’utilisèrent pas les moyens anti-émeutes classiques : eau chaude, gaz lacrymogène, tirs de sommation, balles en caoutchouc, gourdins, etc. Ils tiraient à balles réelles sur la foule. Non pas en visant les jambes mais pour tuer. Israël ne pouvait se priver de son péché mignon. Alors, il tua avec délectation, tout autour de lui, dans son voisinage. Il tua et les moralistes d’Occident, prompts à clouer au pilori tout dirigeant arabe coupable d’indiscipline, s’aplatirent une nouvelle fois devant l’action sanguinaire de leur monstrueuse créature. La France, qui refuse la protection onusienne aux populations sahraouies dans les territoires occupés du Sahara occidental, mais qui intervient militairement pour, officiellement, protéger les populations civil…

Sahara Occidental : Immolation lente

Une fois de plus un accord des Nations unies vient de sceller pour une année supplémentaire le sort des Sahraouis en reconduisant pour la vingtième fois le mandat de la Minurso. Les responsables et les médias s’étonneront encore de n’avoir rien vu venir. On peut craindre cependant que ne finissent par arriver des actes désespérés, bien que jusqu’ici maitrisés par un peuple qui préfère mourir à petit feu dans les négociations plutôt que de recourir au terrorisme. Face à ce peuple oublié, la barbarie peut se réclamer de son pouvoir et de ses richesses, s’affubler des Droits de l’homme, elle n’en demeure pas moins la barbarie, lorsqu’elle met en exergue l’un de ses principes les plus cyniques: « Il n’est pas de problème politique qu’une absence de solution ne finisse par résoudre ! » Car la reconduction du mandat de la Minurso est bien « une absence de solution ». La démission politique, le laisser faire des majorités silencieuses et l’aide humanitaire prennent alors possess…

Sahara Occidental : Le Conseil de Sécurité a brisé un tabou

Le Maroc, un Etat qui à cause de son occupation du Sahara Occidental viole le droit international, bénéficie d’une certaine impunité grâce au veto français au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU. Mais, lors de la dernière réunion de celui-ci, le 27 avril 2011, même le puissant soutien de Paris n’a pas réussi que la résolution du Conseil soit favorable aux ambitions marocaines.

Pour la première fois, a été mentionnée, même si c’est seulement dans l’introduction et non pas dans le corps de l’exposition, la nécessité de respecter les droits de l'homme.

Avec cette résolution, un tabou a été brisé. La délégation marocaine, soutenue par la France, ne voulait rien entendre de cette phrase et voulait laisser une vague référence à la «dimension humaine» des résolutions antérieures. Cela a conduit à une collision entre la délégation française et celle des États-Unis, qui avaient introduit le paragraphe. Plus de dix jours ont passé sans accord et il a fallu organiser une réunion au nivea…

La résolution 1979 (2011) un échec retentissant de la politique expansionniste du Maroc

Image
Dans un rapport publié au mois d’avril et présenté au Conseil de Sécurité de l’ONU, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, se déclare préoccupé par la détérioration de la sécurité dans le Sahara occidental, qui résulte de l’absence d’accord de paix entre le Maroc et le Front Polisario et du maintien du statu quo qui dure depuis 20 ans dans le territoire. Pour la première fois, il met en exergue l’importance d’une solution basée sur la volonté des habitants du Sahara Occidental. « Ce qui est clair, c’est que si l’on aboutit à un statut final au sujet duquel la population n’a pas exprimé ses vues clairement et de manière convaincante, on risque de créer de nouvelles tensions au Sahara occidental et dans la région », a bien précisé M. Ki-moon. Aussi, suggère-t-il au Conseil de sécurité de recommander d’approfondir encore l’examen des propositions des deux parties « et, en particulier, chercher un terrain d’entente sur le principal point de convergence de leurs deux propositions : la …

Le Front Polisario appelle la France à faire preuve d’objectivité

Devant la persistance de la France à s’aligner sur la position du Maroc dans le conflit du Sahara occidental, notamment sur la question des droits de l’Homme, le Front Polisario interpelle Paris pour qu’il cesse de faire preuve de subjectivité. Le Front Polisario a appelé dimanche la France à “œuvrer pour la protection des civils sahraouis et à respecter les droits humains au Sahara occidental, sans discrimination, sélectivité ou politique du deux poids, deux mesures”, afin de contribuer à la recherche d’une solution au conflit du Sahara occidental.  Le secrétariat national (SN) du Front Polisario, réuni dimanche en session ordinaire, a appelé la France, membre permanent du Conseil de sécurité, à participer positivement à la recherche d’une solution juste et durable au conflit et à “œuvrer pour protéger les civils sahraouis et le respect des droits de l’Homme au Sahara occidental comme partout dans le monde sans discrimination, sélectivité ou politique du deux poids, deux mesures”. Le …

Sahara Occ. : Le loup est chargé d'assurer la protection des moutons dans la bergerie!

PLATEFORME
POUR LA SOLIDARITE
AVEC LE PEUPLE
DU SAHARA OCCIDENTAL


L'ONU REFUSE D'ELARGIR LE MANDAT DE LA MINURSO AUX DROITS DE L'HOMME
En adoptant le 27 avril 2011 la résolution n° 1979 sur le Sahara occidental, le Conseil de sécurité de l'ONU a suivi pour l'essentiel les recommandations du secrétaire général, Ban Ki-moon, dans son rapport du 15 avril. La résolution prolonge d'une année supplémentaire le mandat de la mission des Nations unies au Sahara occidental (Minurso) et engage, une fois de plus, le Maroc et le Front Polisario à poursuivre les négociations « en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui pourvoie à l'autodétermination du peuple du Sahara occidental ».

Tout en reconnaissant que "la consolidation du statu quo n'est pas acceptable à long terme", la résolution met sur le même plan le colonisateur et le colonisé et ne propose aucune mesure pour amener le Maroc à mettre un terme …

Mohamed VI sollicite l'aide de l'Espagne

Dans un rapport publié au mois d’avril et présenté au Conseil de Sécurité de l’ONU, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, se déclare préoccupé par la détérioration de la sécurité dans le Sahara occidental, qui résulte de l’absence d’accord de paix entre le Maroc et le Front Polisario et du maintien du statu quo qui dure depuis 20 ans dans le territoire.
Pour la première fois, il met en exergue l’importance d’une solution basée sur la volonté des habitants du Sahara Occidental. « Ce qui est clair, c’est que si l’on aboutit à un statut final au sujet duquel la population n’a pas exprimé ses vues clairement et de manière convaincante, on risque de créer de nouvelles tensions au Sahara occidental et dans la région », a bien précisé M. Ki-moon.

Aussi, suggère-t-il au Conseil de sécurité de recommander d’approfondir encore l’examen des propositions des deux parties « et, en particulier, chercher un terrain d’entente sur le principal point de convergence de leurs deux propositions : l…

Sahara Occidental : L'ONU préoccupée par la détérioration de la sécurité

Image
Dans un rapport publié mardi, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, se déclare préoccupé par la détérioration de la sécurité dans le Sahara occidental, qui résulte de l’absence d’accord de paix entre le Maroc et le Front Polisario et du maintien du statu quo qui dure depuis 20 ans dans le territoire.« Je déplore les pertes en vies humaines et la destruction de biens occasionnels par les actes de violence qui se sont produits à Gdim Izik et à Laayoune le 8 novembre, et j’engage toutes les parties à s’abstenir à l’avenir de recourir à la violence », écrit Ban Ki-moon dans ce rapport transmis au Conseil de sécurité et qui décrit la situation sur le terrain et l’état et l’évolution des négociations au cours de l’année passée. Selon lui, après quatre années et 10 séries de réunions entre les parties, le processus de négociation « reste dans l’impasse ». « Aucune des parties n’a accepté la proposition de l’autre en tant que seule base de négociation et aucune n’a pris à ce…

Dominique Vidal « Une intifada contre soixante ans d’humiliations »

Journaliste au Monde diplomatique, Dominique Vidal vient de publier avec Alain Gresh une nouvelle édition des 100 clés du Proche-Orient, ouvrage de référence qui éclaire les répercussions du conflit israélo-palestinien dans des pays dont l’histoire tourmentée revient ces jours-ci à la une de l’actualité : Yémen, Syrie ou Jordanie. Cette nouvelle édition sort 
à point nommé car on peut y trouver bien des clés pour comprendre ce qui se passe dans les différents pays. Une large place y est consacrée au conflit israélo-palestinien. Or, curieusement, bien que la question palestinienne soit centrale dans l’histoire de 
ce dernier siècle au Proche-Orient, elle a quasiment disparu des médias ces temps-ci. Pourquoi ? Dominique Vidal. C’est un phénomène connu de la couverture médiatique : l’événement le plus brûlant prend le dessus, les autres sont éliminés, jusqu’à ce qu’un autre événement ailleurs vienne à la une et ainsi de suite. C’est regrettable, mais c’est ainsi. Je crois p…

"Le Royaume Uni est engagé avec la résolution 1979(2011)" (ambassadeur UK à l'ONU)

"Les soulèvements récents en Afrique du Nord ont mis en exergue les droits des peuples à déterminer leur propre avenir, par conséquent, l'intérêt du Royaume-Uni dans la promotion de ces valeurs au Sahara occidental n'est pas différent de nos intérêts dans la région », a déclaré M. Mark Lyall Grant, ambassadeur et représentant permanent du Royaume-Uni à l'ONU, dans sa réponse écrite envoyée au député Raul Romeva y Rueda, eurodéputé et vice-président de l'Intergroupe du Parlement Européen pour le Sahara occidental.

Après avoir rappelé que "la réponse vise à clarifier la position du Royaume-Uni sur la question (Sahara occidental) », le diplomate britannique a déclaré que son pays" est engagé dans la position du Conseil de sécurité de l'ONU, qui demande une solutiuon juste, durable et mutuellement acceptable qui prévoit la libre autodétermination pour le peuple du Sahara occidental. "

"Compte tenu de ce qui précède, les efforts menés par l’amba…

L’ONU et ses mains

Image
M. Mourad Medelci, le chef de notre diplomatie, nous a indiqué récemment que, lors de son voyage aux Etats-Unis, il avait discuté avec Mme Hillary Clinton, son homologue américaine, de la question du Sahara occidental et qu’ils avaient « convenu que le devenir du dossier du Sahara occidental soit entre les mains de l’ONU et qu’ils devront encourager et continuer à le faire». Au grand bonheur du trône voisin et de son protecteur tricolore, aurait-il pu ajouter. Le dossier de la décolonisation du Sahara occidental est entre les mains du «machin» depuis les années 1960, avant que le Maroc n’envahisse militairement une dizaine d’années plus tard le territoire et que son armée n’arrose au napalm les populations autochtones pourchassées dans le désert. 
A l’ONU, la question du Sahara occidental traine en longueur et Medelci nous dit que Clinton et lui vont s’arranger pour que ça continue. Jusqu’à la tombe ? Le Sahara occidental n’est pas le Koweit ou la Libye, deux cas où l’on a commencé par…

L’ONU et le despotisme

Le monde arabe est composé pour moitié de républiques despotiques et pour moitié de monarchies absolues. Monarques et présidents à vie se ressemblent, comptent le même nombre d’années au pouvoir en général, et ont en commun d’être impitoyables envers leurs peuples. Les monarchies n’ont pas évolué vers le système républicain, ce sont les républiques qui ont dégénéré en système monarchique : «Avancez à l’arrière !» comme disent les receveurs de nos transports publics.
C’est dans les «républiques» que les révolutions ont le mieux pris jusqu’ici. Ce qui s’y est passé est comparable avec les révolutions qui ont libéré les anciens pays de l’Est : continuum géographique, même aire culturelle, même organisation politique. Elles sont toutes libres aujourd’hui, et rejoignent les unes après les autres l’Union européenne. Selon le proverbe, un homme averti en vaut deux. Et un despote ? «Aussi !» serait-on tenté de répondre spontanément. Eh bien non ! Car s’il en vaut deux, cela veut dire qu’il v…