Articles

Affichage des articles du juin, 2009

Sidi Ifni, 40 ans après

Image
Sidi Ifni est une ville cotière du sud du Maroc. Elle est située dans larégiondeSouss-Massa-Draâentre la ville deTiznitet celle deGuelmim.Situé sur la côte Atlantique sud à 160 Km au Sud d'Agadir, le port de Sidi Ifni est à vocation de pêche au poisson et aux fruits de mers tel que la sardine, le loup, la sole, la dorade ou encore les moules.Tirant son nom du marabout de la région, Sidi Ifni était connu des espagnols sous l’appellation, Santa Cruz del Mar pequeña. L'architecture hispano-mauresque de cette ville est en grande partie due à cet héritage colonial. La ville fut en effet colonisée en 1934 après une longue et digne résistance des habitants de la région, issus de la tribu des Ait Baamrane.Sidi Ifni est situé a proximité de nombreuses plages au rivage séduisant, tel Legzira,Mirleft, Sidi Ouarzig ou encore la plage blanche qui attirent pas mal de surfeurs en été.L'arrière pays est parsemé d'arganiers et de figuiers de barbarie dont les habitants tirent leur ress…

Le Maroc persiste et signe

Image
L'émissaire de l'ONU pour le Sahara Occidental, M. Christopher Ross, s'est déclaré lundi "optimiste" quant à l'organisation d'une "première rencontre informelle" entre le Maroc et le Front Polisario pour discuter de l'avenir de ce territoire."Je suis optimiste quant à cette première rencontre informelle qui, j'en suis sûr, apportera une contribution importante à la recherche d'une résolution du conflit qui dure déjà depuis trop longtemps et qui entrave le travail qui doit être fait au niveau de l'intégration régionale", a ajouté M. Ross à l'issue d'un entretien avec le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération Taïb Fassi Fihri. Celui-ci a déclaré immédiatement après sa rencontre avec M. Ross que "l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara, M. Christopher Ross poursuivra son action sur la base de ce qui a été fait par les Nations Unies et son prédécesseur, l…

L'optimisme de Ross face à l'obsession marocaine

Image
La tournée de M. Christopher Ross constitue l'amorce d'une nouvelle étape dans le traitement du dossier du Sahara Occidental, après toute une série de règlements heurtés au cynisme du Maroc et de sa protectrice, la France. L'on évite de citer les Etats-Unis qui semblent, contrairement en France, décliner toute ingérence directe dans le conflit. Bientôt s'ouvriront quelque part les contacts officiels entre le Maroc et le Front Polisario au sujet du Sahara. L'une des questions en suspens dans ces négociations demeure la position du Maroc. Va-t-elle se débarrasser de tous les démons du passé et s'adhérer à participer à une dynamique de paix dans la région ? Pour l'instant, tout ce qu'on entend ce sont les hypothèses et les fantasmes du régime marocaindans lesquels il réaffirme ses traditionnelles allégations et son opposition à toute solution politique consensuelle au différend sahraoui. Lesdéclarations des responsables marocains confirment, encore une foi…

Le Sahara Occidental, un territoire non-autonome

Image
Le Sahara est un territoire non autonome, ce qui veut dire qu'il appartient à ceux qui l'habitent sans pour autant qu'un état ne l'administre. Le termeterritoire non autonomeest utilisé par l'Organisation des Nations Uniespour désigner un territoire « dont les populations ne s'administrent pas encore complètement elles-mêmes ». En mai 2008,Ban Ki-moon, Secrétaire-général de l'ONU, appelait les puissances coloniales à « compléter le processus de décolonisation dans l’ensemble des seize territoires non autonomes restants, sans exception »Le Sahara Occidental compte parmi les 16 territoires non-autonomes recensés par les Nations Unies. Cela veut dire que les habitants du Sahara Occidental doivent choisir la destinée de leur territoire. L'Etat marocain semble oublier cette vérité. Cela n'est pas étonnant dans un pays établi comme le premier pays producteur et exportateur de cannabis, une drogue dont les effets amnésiques sont connus par la science.Sur l…

Le Maroc appelé à rejoindre la voie de la raison

Image
Au moment où l'envoyé spécial est en tournée dans la région pour faire avancer le plan de paix, les responsables et la presse marocains prennent le contre-pied de la tergiversation en défendant une option clairement écartée du réalisme. L'ONU est arrivée à ce même constat dans sa dernière résolution (1871) : Le plan d'autonomie n'est pas une solution appropriée ni voie applicable ni de par le caractère global de son approche ni en pertinence en tant que sortie honorable qui puisse garantir aux sahraouis de voir leurs rêves d'indépendance, stabilité et développement durables réalisés.Dans la continuité de la position claire et permanente qui a toujours été la sienne, le Front Polisario, tout en réitérant son ferme soutien aux efforts du M. Ross pour parvenir à une solution politique négociée, il a rappelé qu'il ne saurait en aucune manière accepter ou tolérer toute solution qui ne permettrait pas au peuple sahraoui d'exercer son droit inaliénable à l'aut…

Pourquoi l'UPM est impossible

Image
Un an après son lancement, l’Union pour la Méditerranée (UPM) n’a pas emporté l’adhésion des Algériens. Alors que certains partis politiques n'ont pas hésité à demander aux autorités de se retirer de cette union, le monde économique se questionne encore sur les possibles apports de l'UPM.Parmi ces personnalités réservées figure l’un des principaux représentants du patronat algérien, Slim Othmani, directeur général de NCA-Rouiba, le leader algérien des boissons et jus à base de fruits. Ce jeune chef d’entreprise dit ne pas avoir d’a priori sur l’UPM qui doit, selon lui, être «bâtie sur des projets concrets auxquels nous, en tant que nation, sommes libres d’adhérer ou non».Précisant que «l’UPM n’est ni une association ni un accord obligatoire», ce membre fondateur de l’APAB(Association des producteurs algériens de boissons) dont il est actuellement le vice-président rappelle qu’«un projet se fait sur une base équitable excluant de facto certains rapports de forces liés au profil…

Le prix de la paix au Maghreb

Image
Les activités du M. Christopher Ross, nouvel envoyé spécial de Ban Ki-moon pour le Sahara Occidental, vont reprendre à un moment où il y a unanimité sur le fait que l'UMA ne peut réactiver ses structures et mettre en œuvre ses décisions au moment où l'un de ses membres fondateurs s'obstine à vouloir s'emparer des terres de ses voisins. Il n'existe pas de par le monde un groupement de pays qui appelle à la complémentarité et au partenariat alors que l'un de ses pays occupe, torture et viole les droits les plus fondamentaux d'un des peuples de la région.Nous ne pouvons qu'exprimer notre grand étonnement de voir la question du Sahara Occidental toujours inscrite à l'ordre du jour de l'ONU depuis le 14 décembre 1960, date de la résolution 1514 (XV) de l'Assemblée Générale de l'ONU relative à l'octroi de l'indépendance aux pays et peuples coloniaux et qui stipule que tous les peuples ont un droit inaliénable à la pleine liberté, à l&#…

En attendant l'arrivée de Ross

Image
En application de la résolution 1871 du 30 avril 2009, M. Ross se prépare pour une visite dans la région du Maghreb pour des rencontres informels en vue de préparer le terrain pour le prochain round de négociations entre le Front Polisario et le Maroc.Le gouvernement marocain, en tablant sur des calculs politiques erronés, fait semblant de respecter la légalité internationale, tout en attendant une intervention française pour le sortir de ce cauchemar appelé le Sahara Occidental. Un cauchemar qui dure depuis que Mohamed VI était encore un adolescent de 12 ans. Et s'il ne veut pas se plier au droit international, il risque de vieillir et quitter ce monde, comme son père, sans voir le Sahara devenir définitivement marocain.Après l'avoir rejeté pendant des années, le Maroc est obligé de négocier avec le Front Polisario dans le but de présenter une proposition qu'il qualifie de nouvelle donne, l'autonomie. Les connaisseurs du dossier savent avec exactitude que ce projet a …

Toute la patrie ou le martyre

La déclaration du M. Boukhari Ahmed, représentant du Front Polisario à New York, intervient alors que des interrogations multiples ne cessent sur la volonté des Nations Unies de sortir de l'impasse dans lequel l'organisation onusienne s'est mise.Elle a le mérite d'apporter une clarification supplémentaire des responsables sahraouis sur ce problème qui constitue un volet important pour la restauration de la légalité internationale et la crédibilité des organismes internationaux, y compris le Conseil de Sécurité.Tout en réitérant l'engagement des Sahraouis à privilégier la voie pacifique dans la recherche d'une solution juste et équitable au problème sahraoui, et à continuer à collaborer sincèrement avec les instances onusiennes, M. Boukhari n'a pas manqué de rappeler que la communauté internationale doit agir pour éviter le pire.Opportune et logique, la déclaration du diplomate sahraoui a le mérite de clarifier les choses en attendant l'arrivée du représ…

Les agents du Makhzen paient leurs fautes

Image
Bête noire du gouvernement marocain et du makhzen, le journaliste Ali Lmrabet vient de gagner le procès intenté au chef du bureau de Madrid de l’agence officielle, Maghreb Arabe Presse (MAP), Saïd Ida Hassan.Un tribunal d’Almeria a condamné Saïd Ida Hassan et la MAP à 12 000 euros d’amendes pour diffamation et atteinte à l’honneur du journaliste Ali Lmrabet. N’écoutant que son «patriotisme», IDA Hassan s’était rendu de Madrid à Almeria en avril 2005 pour bizuter une conférence sur l’immigration que donnait Lmrabet à l’université d’Almeria. Le correspondant de la MAP n’y est pas allé par quatre chemins. Il avait pris la parole en se présentant comme correspondant de la MAP et membre du Syndicat national de la presse marocaine pour faire le procès du journaliste. Il l’a accusé d’avoir écrit dans un journal espagnol que «tous les Marocains résidant en Espagne étaient des terroristes». Ce que le journaliste avait oublié est qu’il était en Espagne et qu’il serait dans l’obligation d’apport…

Les charognards en temps de crise

Image
Le Maroc dépense trop au Sahara Occidental. C'est ce qu'on entend tous les jours dans les médias marocains. Selon TelQuel, numéro 368, 1200 milliards de dirhams dépensés depuis le début du conflit, 3% de PIB perdu chaque année… .La rapport du magazine Forbes n'est pas du même avis. Au contraire, selon ses chiffres pour l'annéee 2008, Le maroc est largement dans ses frais le coût du conflit serait largement amorti avec les recettes des phosphates et des richesses halieutiques sahraouies. Ce qui explique les sentiments d'amour profond que le Maroc ressent pour la population et le territoire sahraouis.MAGAZINE FORBESMohammed VI, septième plus riche roi au monde avec 2,5 milliards de DollarsSans faire de bruit, le souverain alaouite a amassé, depuis qu’il a succédé en 1999 à son père Hassan II, une importante fortune, qui fait de lui l’un des plus riches monarques de la planète. C’est ce que révèle le magazine spécialisé américain Forbes, dans sa dernière édition. Moha…

L'empire français vu par Newsweek

Image
Pourquoi il est si difficile de sortir de l'Irak, d'Afghanistan…ou des Iles Comores?Ils sont comme les Açores, la Martinique ou Puerto Rico. Selon le magazine Newsweek, "les petites enclaves de Ceuta et Melilla, dans la côte marocaine, font toujours partie de l'Espagne et, par conséquent, de l'Union européenne. Des immigrés du plus profond de l'Afrique font de longs voyages et centaines de kilomètres, et même des milliers, à travers le désert pour essayer de sauter les murailles dans l'espoir de trouver l'asile".De plus, dans le graphique, selon la revue américaine, l'Espagne a jusqu'à sept colonies présumées dans son territoire, dans lesquelles vivent plus de trois millions d'habitants : les Îles Canaries, Ceuta, Rocher de Vélez de la Gomera, le Rocher de Houceima, Melilla,les Îles Chafarines et les Îles Baléares.Dans un article, intitulé "Le fardeau de l'empire" et publié dans l'édition de juin, son auteur, Christop…